Dans l’imaginaire socio-culturel des Français, la Bucovine est une enclave francophone et francophile en Roumanie, « la petite sœur des Balkans », une appellation qui sonne familière dans l’esprit français et qui transporte directement sur notre « île de latinité entourée d’une mer slave ».

Région historique de l’espace roumain, partagée actuellement entre la Roumanie et l’Ukraine, la Bucovine, le « pays des hêtres » et des monastères à peinture extérieure uniques au monde, peut être visualisée sur la carte à l’intérieur du Département de Suceava.

Ayant bénéficié d’une proximité linguistique et historique favorable, la Roumanie est le pays où la francophilie ne représente pas un simple penchant vers la culture et la langue française mais un vrai état d’esprit qui explique l’histoire des relations franco-roumaines, placées depuis toujours sons le signe de l’amitié et de la solidarité.

C’est à partir de 1776 que le français est enseigné dans notre région ayant une position particulière due notamment à des proximités linguistiques (deux langues romanes) et historiques. La langue française a eu une influence considérable sur la langue et la culture roumaines et a contrebalancé la pression exercée par d’autres langues comme le slave, le grec, l’allemand.

Le système, d’enseignement de la période communiste a renforcé l’appétit pour le français et la culture françaises car les élèves apprenaient le russe et le français (il y avait peu de classes d’anglais ou d’allemand). La langue française fut une langue de la résistance roumaine en Bucovine et un lycée bilingue et une Faculté des Lettres avec la spécialité « français » à Suceava ont permis de maintenir notre vocation francophone. L’étude du français était une forme de refuge dans la culture, une façon de réagir contre le régime politique, un antidote aux difficultés de la vie quotidienne. 

La langue française représente actuellement la deuxième langue étrangère la plus enseignée, après l’anglais, les deux langues se trouvant en alternance pour la première langue dans bon nombre d’écoles, collèges et lycée, grȃce à une initiative de l’Inspection scolaire départementale. La ville de Suceava compte parmi les premières en Roumanie à avoir reçu le label FrancEducation pour le Collège National « Petru Rareș ». 25 000 élèves du primaire et du secondaire apprennent le français en première ou deuxième langue. Par ailleurs, l’Université « Ștefan cel Mare » accueille en son sein un Lectorat de français, un Centre de Réussite Universitaire (CRU) de l’Agence Universitaire de la Francophonie. Plus de 500 étudiants apprennent le français dans les différentes facultés de l’université. 

En 2012, face à la concurrence de l’anglais et l’allemand, les enseignants de français de Suceava et des communes alentour, ont décidé de se mobiliser pour regagner l’intérêt du public et promouvoir le choix du français comme langue vivante seconde. C’est ainsi que s’est créé le Bureau Français, avec « les Après – midi francophones » et le programme « La Francophonie dans la communauté ». Le Bureau Français occupe une place privilégiée au sein de la ville et du système éducatif francophone et francophile. L’idée qui l’anime est le rapprochement des peuples pour une ouverture et une connaissance directe des cultures francophones et roumaine ainsi que l’accroissement des échanges avec des natifs français et francophones.

La présence à Suceava de 42 entreprises et sociétés à capital francophone on franco-roumain, dont Ambro-Romcarton, Natanael Industries, Excel Job, Capgemini etc,, l’augmentation de la demande des salariés voulant développer leur maîtrise de la langue française constituent des atouts importants pour la future Alliance française à Suceava, le premier et unique établissement proposant une gamme de services linguistiques et culturels en Bucovine